Santé mentale : quand on fait partie des statistiques

Santé mentale : quand on fait partie des statistiques

Ce que j’aimerais, c’est que la santé mentale soit un sujet de discussion qui soit sans tabou. Je sais que plusieurs personnes ne sont pas à l’aise de partager leur état. Je comprends, c’était mon cas avant. Toutefois, j’aimerais dire à ces personnes que d’en parler, ça aide tellement à accepter la maladie. Évidemment, on ne le fait pas pour que les gens nous prennent en pitié, mais pour qu’ils aient une meilleure compréhension de nos schèmes mentaux, de nos réactions émotionnelles.

Pin It on Pinterest